Le pain frit est un mets unificateur dans toutes les cultures. Qu’il s’agisse de la sopapilla mexicaine, du pain de soude irlandais, ou du pain frit ou pain bannique omniprésent en Amérique du Nord, partout où il y a du pain frit, on en raffole ! «Ça goute bon et quand c’est tout chaud sorti de la poêle, ça nous fait du bien. C’est l’une des choses extraordinaires qui rassemble les gens!», affirme Mme Sharon Bond, copropriétaire de Kekuli Café, qui a fait le saut dans le commerce du pain bannique en 2004 en commençant par en vendre à partir de la fenêtre d’un casse-croûte. Quinze ans plus tard, Kekuli est devenu une franchise. En plus de Merritt, le café achalandé compte une deuxième adresse — avec une terrasse lumineuse — à Westbank, en Okanagan. Autre projet en cours de route : un camion-restaurant «Le Bannock Mobile!».

Sharon Bond, co-propriétaire du Kekuli Café.

«Lorsque nous avons ouvert notre café en 2009, je ne savais pas si nous réussirons », a déclaré Mme Bond. «Quand je recherchais ‘Nourriture autochtone + restaurants’ sur Google, je ne trouvais rien. Je me demandais ‘qui viendrait pour du pain bannique?’ mais quand nous avons ouvert nos portes, il y avait des files d’attente pendant des semaines!». Des années plus tard, les foules avides du goût du pain bannique fraîchement préparé y viennent encore. Au Kekuli Café, habitués et nouveaux initiés y trouvent leur bonheur !

Mme Bond et son équipe ont l’habitude d’expliquer aux non-initiés ce qu’est un pain bannique: «Je leur dis que c’est un type de pain; on l’étire, on le fait frire, mais c’est bien mieux qu’un beigne! Le pain bannique était un pain de survie pour de nombreux peuples autochtones et ils avaient besoin de le rendre bon au goût. Un des Aînés de ma nation Nooaitch m’a dit qu’ils ajoutaient traditionnellement des ingrédients qui poussent en abondance sur notre territoire, notamment la léwisie à racine amère ou des tiges de tournesol pour épaissir le pain bannique ou des amélanches pour un goût sucré.»

Burger Bannique Et Thé Glacé Saskatoon.

Découvrez aussi ces amélanches dans des vinaigrettes et de délicieux thés glacés fruités proposés dans le menu ainsi que d’autres ingrédients traditionnels, notamment du saumon fumé sauvage, du gibier et bien sûr du sirop sucré sur du pain bannique glacé à l’érable si bon que vous abandonnerez les beignes des grandes chaînes ! Le café provient de la Spirit Bear Company, une entreprise appartenant à des Autochtones. Sirotez également les vins des voisins, Indigenous World Winery et Nk’Mip d’Osoyoos.

Alors, quelle est la prochaine étape pour le restaurant-minute de pain bannique de Mme Bond ? « Je veux des Kekulis partout au Canada !», affirme-t-elle avec un grand sourire. «Nous sommes si polyvalents, le pain bannique plaît à tous et chaque communauté a sa propre recette. Ici, en Colombie-Britannique, notre plat le plus populaire est le pain bannique déjeuner au saumon sauvage. Imaginez les mets traditionnels avec du bison en Alberta et l’orignal en Terre-Neuve!». Si vous avez envie de goûter aux délices moelleux, chauds, fraîchement préparés de Mme Bond, laissez-vous séduire par la devise de l’entreprise «Pas de panique… nous avons du pain bannique! » qui, espérons-le, resonnera partout au Canada !

Nikki Bayley

Mme Nikki Bayley est une rédactrice primée pour ses articles sur le tourisme à l’international ainsi qu’une journaliste qui couvre la gastronomie et les vins. Originaire du Royaume-Uni, Mme Bayley est tombée amoureuse du Canada après une visite au Terre-Neuve-et-Labrador en 2008. Elle a par la suite déménagé à Vancouver en 2012. Depuis, elle sillonne le Canada pour en apprendre plus sur le pays et ses peuples, et partager leurs histoires à travers le monde.